Mali : Premier vol vers Tombouctou, 9 ans après le dernier

Tombouctou, la ville des “333 saints” située dans le nord-ouest malien a reçu lundi son premier vol commercial depuis son passage sous le joug des djihadistes en 2012 et 2013.

Un avion d’une nouvelle compagnie malienne, Sky Mali, s’est posé lundi à Tombouctou.  Parti de Bamako avec à son bord une délégation emmenée par deux ministres, l’appareil a effectué en deux heures un trajet de 700 km qui par la route ou en descendant le fleuve Niger expose les voyageurs à la menace des bandits et des djihadistes.

Sky Mali, propriété de la holding d’investissements émiratie Al Sayegh Group (ASG), a prévu d’effectuer cette liaison Bamako-Mopti-Tombouctou deux fois par semaine, le lundi et le vendredi.

Le nord du Mali est depuis plusieurs années en proie à des violences djihadistes, auxquelles se sont mêlés des conflits intercommunautaires, qui ont débordé dans le centre du pays et les Etats voisins.

Tombouctou, fondée entre le Ve et le XIIe siècles par les tribus Touaregs, a été un grand centre intellectuel de l’islam, célèbre pour ses dizaines de milliers de manuscrits. Elle fait partie des joyaux du pays, visitée par les touristes du monde entier jusqu’au début de crise multiforme qui secoue le pays depuis près de 10 ans.

Comme d’autres cités du nord, Tombouctou a connu en 2012 le joug des groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, jusqu’à l’intervention militaire internationale lancée par la France en janvier 2013. Les mausolées de 333 « saints musulmans » de la cité, considérés par la population comme des protecteurs et classés au patrimoine mondial de l’humanité, ont été partiellement détruits par les djihadistes, puis reconstruits grâce à l’Unesco. Les violences qui perdurent au Mali n’ont pas permis au tourisme de se redresser.

Après les Présidents mauritanien Mohamed Ould El-Ghazaouani et tchadien Idriss Déby ces dernières semaines, le président malien de la transition, Bah N’Daw a été reçu le 27 janvier à l’Elysée par Emmanuel Macron au cours d’une visite de trois jours à Paris.

Au menu des discussions, le prochain sommet du G5 Sahel qui se tiendra les 15 et 16 février prochains à N’Djamena au Tchad. La France, engagée militairement depuis 2013 au Mali, y déploie ainsi qu’au Sahel 5.100 soldats dans la force antijihadiste Barkhane. Mais la France s’apprête à «ajuster son effort» au Sahel, grâce aux «résultats obtenus», a fait savoir récemment le chef de l’Etat français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.