La France finance un premier projet en milieu rural au Mali

Un projet a été lancé mardi en milieu rural au Mali, à l’initiative de la France dans le cadre de l’Alliance pour le Sahel, qui vise le développement une région pauvre du Mali en proie aux attaques jihadistes.

Le directeur général de l’AFD, Rémy Rioux et celui de la Banque nationale pour le développement agricole du Mali (BNDA) ont paraphé mardi cet accord qui «est une contribution très significative pour accompagner (…) le développement et la croissance» des acteurs économiques en milieu rural qui se heurtent à des difficultés d’accès aux financements.

L’Agence française de développement (AFD) s’est alors engagée à ouvrir une ligne de crédits de 30 millions d’euros (plus de 19 milliards de francs CFA) à la Banque nationale pour le développement agricole du Mali (BNDA) pour l’aider à financer le développement des exploitants agricoles, des PME-PMI, des institutions de microfinance…

Selon le directeur général de l’AFD, ce financement qui «va aider beaucoup l’activité» dans la zone, «est un élément d’un plan d’ensemble» à mettre en œuvre «avec les pays du G5 Sahel, lancé par le président de la République Emmanuel Macron, la chancelière d’Allemagne, Angela Merkel, et la haute représentante de l’Union européenne, Federica Mogherini, le 13 juillet dernier».

C’est un engagement qui constitue « un moment très fort d’engagement politique européen en lien avec le G5 Sahel pour mobiliser plus de financements pour la stabilisation et la croissance » de toute la zone sahélo-saharienne, a-t-il poursuivit.

La France, qui a contribué à la création de la force militaire des pays du G5 Sahel estime que l’action sur le terrain contre les jihadistes doit aller simultanement avec des mesures pour aider les populations locales à sortir d’une grande précarité.

Paris entend faire passer son aide au développement pour cette région, actuellement de quelque 600 millions d’euros, d’un tiers et a poussé à la constitution de l’Alliance qui réunit également la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

Des projets phares de l’Alliance devraient être proposés au G5 Sahel d’ici à la fin de l’année, puis une liste complète courant janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.