La Guinée équatoriale se désolidarise de ses pairs

169-communaute-economique-et-monetaire-etats-afrique-centralePrenant pour prétexte les préoccupations nées au milieu de sa population suite à l’information portant sur la suppression des visas entre les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEMAC), la Guinée équatoriale vient de renoncer à l’application de l’accord de libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEEMAC. Par cette décision, la Guinée se désolidarise de ses pairs de cet espace africain.

Arrêtée depuis le vendredi 7 novembre 2013, cette décision a été approuvée pendant le déroulement, samedi dernier, du Conseil extraordinaire des ministres équato-guinéens. Une telle réticence n’est pas une première dans la région car, bien avant cette décision, le Gabon avait montré de la retenue quant à l’application dudit accord. Sa position a tout de même été révisée afin de faire place à plus d’intégration dans la CEEMAC.

Négocié en 2006, cet accord  est prévu pour son entrée en vigueur le 1er janvier 2014 afin de garantir la suppression des visas et l’instauration d’un passeport biométrique commun aux Etats membres de la Communauté.

Il résulte des mesures prises par l’Etat équato-guinéen un véritable obstacle à la logique d’intégration dans laquelle se sont inscrits les pays membres de l’espace CEEMAC.

Selon une source proche du dossier, la Guinée craint de favoriser une opportunité d’immigration massive vers son territoire, ce qui porterait préjudice au développement de sa population. La décision des responsables de  la Guinée équatoriale, freine non seulement les échanges commerciaux entre les Etats de la Communauté, mais également son propre développement, faute d’ouverture sur l’extérieur.Ce qui  peut entraîner des investissements ainsi que de la main d’œuvre, instruments indispensables pour  le progrès économique d’un Etat, quel qu’il soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.