Cameroun : Un taux de remboursement de dettes élevé

L’économie camerounaise est en train de payer les frais de sa note souveraine qui est désormais de B, une note octroyée par les trois agences de notation financière existant dans le monde. Les observateurs nationaux qualifient ce niveau de « vrai gâchis» pour l’économie nationale surtout que le pays est moins bien noté que le voisin Gabon. Les trois agences ayant participées à cette notations sont : la plus ancienne et la plus influente qui est Standard & Poor’s, leader du marché, suivi de la seconde du secteur, Moody’s, et enfin Fitch Ratings la plus récente. Autant dire que la note est méritée et n’a pas été attribuée par hasard. A cet effet rappelons déjà qu’en 2011 le Cameroun au niveau de sa dette souveraine avait récolté un «B» avec une perspective dite Stable, et ce, par les deux premières agences de notation. Pour les experts du domaine, la note «B » stable signifie en d’autres termes pour un investisseur que le risque de non remboursement sur le long terme est assez élevé et la probabilité de remboursement incertaine. Ce qui implique donc que le pays affiche un risque de solvabilité. Ainsi le taux auquel le Cameroun emprunte se situe au-delà de 20% au minimum. Or «Plus la note est élevée, cela joue sur les emprunts. La devise joue aussi », expliquait le directeur des affaires économiques au ministère des Finances (Minfi). Le Cameroun qui fait parti des derniers pays d’Afrique, en termes d’incertitude de remboursement, et est aussi dans le trio des pays qui empruntent au monde avec un taux d’intérêt aussi élevé doit ainsi redresser sa balance de dette au risque de voir son économie s’effondrer sous peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.