Guinée: Exploitation des mines de Fer

Le groupe minier suisse Glencore vient de trouver un accord avec l’australien Bellzone sur la mine de Forecariah (sud-ouest). Désormais, les deux compagnies minières en détiennent la copropriété. Le négociant Glencore maîtrise bien sa fonction : le suisse a trouvé des arguments convaincants devant Bellzone, qui a accepté de lui céder la moitié de la production de fer de Forecariah.
Selon M. Nik Zuks, Directeur de la compagnie minière australienne, Glencore va verser une avance de 15 millions de dollars américains. Cette somme permettra de renforcer les capacités des installations industrielles du site. Les deux parties seront liées pendant 8 ans, ce qui correspond à la durée de vie estimée de la mine de Forecariah. Avec cette affaire, Glencore vient de réaliser un gros coup : en effet, ce gisement pourrait générer entre 3 et 4 millions de tonnes de fer par an. Etant donné que son exploitation a récemment commencé (mai 2012), sa production commencera à être exportée d’ici la fin de l’année. Malgré cette cession, Bellzone n’en reste pas moins lotie. En plus des 50 % de la mine de Forecariah, la junior australienne est le seul actionnaire dans une autre mine guinéenne, celle de Kalia. Ce gisement est tout aussi riche : selon les prévisions, elle pourrait produire 46 millions de tonnes de fer 5 ans après sa mise en exploitation programmée pour 2015, donc en 2020.
Par ailleurs, Bellzone exploite aussi le nickel et le cuivre à Kissidougou (500 km de Conakry).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.