Togo: De bonnes perspectives rizicoles

Le gouvernement togolais est en train de développer un vaste projet de relance de la riziculture. Cette initiative, qui se développera dans la vallée du fleuve Mono, intéresse bon nombre de bailleurs de fonds.
En clair, un site rizicole d’une superficie de 500 ha sera installé dans cette vallée. Celle-ci a déjà fait un nom dans le riz. Depuis belle lurette, les autochtones y cultivent cette céréale de manière saisonnière. Mais, selon certaines expertises, la riziculture peut s’y développer durant toute l’année. Et, le rendement est très intéressant : actuellement, une production de 6 tonnes par ha est facilement réalisable par des techniques peu récentes. Dans le cadre du projet, du matériel technologique comme les motoculteurs et des pompes électriques pour simplifier l’irrigation sera introduit. Ce qui augmentera encore le rendement, qui était seulement de 4,5 tonnes par ha l’année dernière. Certaines institutions financières se sont déjà manifestées pour soutenir partiellement cette initiative. C’est le cas de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) et la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD). Les deux bailleurs de fonds ont déboursé conjointement 10 millions de dollars américains pour aménager 89 ha dans la vallée du fleuve Mono. Dans cette aire seront développées des activités rizicoles. Vu le potentiel de la vallée, il y a encore de la place pour d’autres investissements. Le Togo en a besoin, son objectif étant de réduire de 28 millions de dollars américains ses importations de riz. A moyen terme, le pays vise à doubler sa production de la céréale. Grâce à la coopération avec la Chine, il s’est récemment doté d’un Centre des Techniques Agricoles. Celui-ci entend former les agriculteurs aux techniques modernes. C’est certainement un pas vers le but ultime de ce vaste projet rizicole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.