Nigéria : Une compagnie britannique accède à l’or noir

La compagnie pétrolière Heritage vient d’acquérir des parts sur des champs nigérians initialement détenus par Total, Shell et ENI. Par le biais de cette opération, elle fait son entrée chez le principal producteur africain d’or noir. En clair, Heritage va racheter à 45 % le permis on shore OML 30. Celui-ci comprend 8 champs pétroliers. Propriétés de Total, Shell et ENI, ils se situent dans le Delta et produisent 35 000 barils au quotidien. Pour ce faire, Heritage va débourser un total de 850 millions de dollars américains. Cette somme pourra être réunie moyennant un prêt relais de la Standard Bank de 550 millions de dollars américains et une émission de droits préférentiels générant 370 millions de dollars américains. Par ailleurs, Heritage va également bénéficier de la participation du nigérian Shoreline, avec qui la compagnie pétrolière a signé un partenariat. Avec cette acquisition, la junior britannique voit les choses en grand : elle prévoit d’atteindre une production de 55 000 barils par jour (bpj) à court terme et, d’ici 2018, côtoyer les 145 000 bpj. De bonnes perspectives surtout par rapport au prix de l’acquisition : Heritage a mis la main sur ces champs contre 2,74 dollars américains le baril. Pourtant, dans de précédentes affaires, la compagnie a dû dépenser 5,73 dollars américains le baril. C’est donc un écart considérable, qui se transformera en plus value.

Il faut noter que l’Etat nigérian reste tout de même le propriétaire majoritaire des champs. Il en détient 55 %. Raison pour laquelle, Heritage va laisser une filiale de la compagnie nationale, du nom de Nigerian Petroleum Development Company, exploiter ces champs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.