Côte d’Ivoire : La success-story d’un emprunt obligataire

Le gouvernement ivoirien a récolté 144 millions de dollars américains suite à un emprunt obligataire lancé en fin avril. Le succès de cette opération fait gage de la crédibilité du pays sur le marché financier régional. Au départ, la Côte d’Ivoire n’avait besoin que de 120 millions de dollars américains. Cette somme entre dans une grande enveloppe : en établissant son budget 2012, le gouvernement ivoirien avait alloué 1,24 milliard de dollars américains aux investissements. Et, il comptait réunir 1,15 milliard de dollars y inclus par le biais du marché monétaire et financier de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA). Bien entendu, il faut y aller doucement. Ainsi, cette première opération servira à financer certains investissements majeurs. Selon le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, M. Koné Adama, des chantiers comme la construction du pont de Jacqueville ou de l’échangeur du pont Henri Konan Bédié pourront se poursuivre. De même, le gouvernement ivoirien inclut aussi le prolongement de l’autoroute du Nord dans ses priorités.

Le Trésor ivoirien s’est réjoui de la confiance dont il fait l’objet dans le chef des particuliers comme dans le milieu des établissements financiers. Ceux-ci sont d’ailleurs les principaux souscripteurs à l’emprunt obligataire, avec 111 millions de dollars américains. Bien que ce soit les ivoiriens qui ont le plus participé (83,72 %), le pays d’Alassane Ouattara peut se vanter d’une certaine aura internationale : le marché béninois truste la deuxième place avec 12,6 %, devant le Togo (1,6 %) et le Sénégal (1,36 %).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.