Mali : Faso Kaba et un entreprenariat bien réussi

« Quand on parlait agriculture, on s’inquiétait de la pluviométrie, on mettait l’accent sur les engrais, mais pas assez sur la qualité des semences ». Tout est parti de cette réflexion et, des années après, « Faso Kaba » naquit.  Ces deux mots, qui signifient pays du maïs, désignent l’entreprise de Maïmouna Sidibé Coulibaly, spécialisée dans la production des semences certifiées. La patronne de Faso Kaba a découvert ces produits lors d’un séjour aux USA. Aussi, a-t-elle décidé de le proposer aux agriculteurs maliens. Ainsi, pour lancer cette affaire en 2005, Mme Sidibé Coulibaly n’a pas hésité à solliciter un financement auprès d’une ONG, la Sasakawa Global 2000. Le reste sera complété par ses fonds propres. De 20 000 dollars de capital au départ, Faso Kaba totalise aujourd’hui un chiffre d’affaire de 300 millions de FCFA (600 000 dollars). L’année dernière, l’entreprise a produit près de 1000 tonnes de semences. Et, l’offre de celles-ci est diversifiée : à ses débuts, Faso Kaba ne proposait que des semences de maïs ; maintenant, ses clients ont le choix entre le mil, le niébé, l’arachide, le sorgho, les pastèques, les choux et tant d’autres graines. L’essor de l’entreprise de Mme Sidibé Coulibaly lui a procuré de nombreuses ouvertures. En 2007 par exemple, elle a pu être financée par l’Alliance pour une Révolution verte en Afrique (AGRA) à raison de 180 000 dollars sur deux ans. Ces moyens lui ont permis d’implanter des magasins, d’améliorer le transport de la production et de promouvoir Faso Kaba. A présent, elle dispose de 4 enseignes au Mali. C’est le même bailleur de fonds qui lui a octroyé une chaîne de conditionnement tout récemment. Avec cet équipement, Faso Kaba pourrait continuer à nous épater.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.