Gabon : Le fruit des reformes initiées

Depuis bientôt deux ans que le Gabon enchaîne des projets innovants et d’envergure nationale comme la Co-organisation de la Coupe d’Afrique des Nations en Janvier dernier, dans l’objectif de réaliser son programme « Gabon Emergent ». Ce dynamise accru et l’ensemble des efforts fournis ont finalement été récompensés. En effet le Gabon vient d’obtenir des encouragements de l’agence Fitch qui lui attribue désormais la note « BB » au lieu de « BB- » à la suite des réformes initiées par l’Etat depuis 2010. Cette note pourrait même être revue à la hausse selon l’une des plus grandes agences de notation, et passerait à BB+ dans un futur proche. Les raisons de cette prévision sont surtout dues aux diverses réformes entreprises par le Président pour diversifier l’économie hors pétrole, ainsi que pour améliorer la gouvernance publique et le climat des affaires. Trois axes essentiels de développement. On ne niera pas que l’économie gabonaise a bénéficié de cours du pétrole favorables, +39.4% en 2011, mais encore faudrait-il que ces recettes soient utilisées à bon escient pour favoriser des investissements profitables à moyen et long terme. Et c’est à ce jeu que le Gabon s’est montré remarquable. Ainsi le pays réalise une croissance du PIB, estimée à 6,7% en 2011 et devrait même atteindre un niveau comparable en 2012, avec un probable excédent budgétaire de 6%. En outre, sa dette publique ne représente désormais que 20,4% du PIB, et est inférieure à celle des autres pays dans la même catégorie sans compter qu’elle devrait encore baisser ces prochaines années. Par ailleurs en 2011, la dette extérieure ne représentait que 28% des recettes extérieures courantes. Et pour symboliser cette nouvelle ascension en 2012, selon les prévisions le Gabon pourrait devenir un créancier extérieur net.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.