Congo : Le transfert d’un savoir faire

Dans sa politique d’expansion et de développement de l’agriculture, le Congo  avait accueilli une vingtaine de fermiers sud-africains venus pour apporter leur aide au secteur agricole. Ces fermiers sud-africains qui se sont installés depuis décembre dernier dans le Niari s’adonneront essentiellement aux activités agro- pastorales. Selon le Ministère de l’agriculture congolais, ces fermiers ont déjà planté environ 1.500 hectares  de maïs. Une production assez importante et nettement plus élevée qu’avant.  En outre les 1.500 ha de maïs ont été plantés à Malolo, dans le département du Niari, au sud du pays où près de 80.000 hectares de terre ont été allouées aux fermiers sud-africains comptant ainsi sur leur capacité à produire en grande quantité. Quant à cette prouesse des fermiers sud-africains, le ministre congolais de l’agriculture, Rigobert Maboundou qui s’est rendu sur les lieux, a d’ailleurs déclaré que « ces plantations de maïs sont les plus grandes jamais réalisées dans l’histoire du Congo », avant d’ajouter que « Ce maïs va contribuer à la fabrication de l’aliment de bétail qui manque au Congo ».

Par ailleurs, le Congo qui dispose de près de 10 millions d’hectares de terres arables, n’arrive qu’à exploiter 2% à peine de ces terres d’autant plus que les moyens utilisés restent encore traditionnels. Il serait peut être tant d’œuvrer pour l’industrialisation de l’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.