RD Congo : La TVA sème la zizanie

Intervenue dans un contexte sociopolitique agité, la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), a été source d’un embrouillamini total au sein de la société congolaise. Bon nombre d’observateurs s’accordent pour dire que sa mise en vigueur a été précipitée surtout que tous les contours de son application ne semblaient pas être encore maîtrisés. Ceci a évidemment eu comme conséquence, la flambée des prix sur les marchés des biens de consommation et des services, l’effritement du pouvoir d’achat de la population. Instaurée dans l’intention de renflouer un peu les caisses de l’Etat, la TVA jusque là n’a donné que des résultats négatifs avec à la clé une hausse fulgurante des prix notamment des denrées alimentaires. Ainsi les consommateurs subissent le coup, surtout les gagne-petits qui ne comprennent pas grand chose à cette nouvelle imposition qui réduit sensiblement leur pouvoir d’achat déjà limité. Le gouvernement qui endosse une grande part de responsabilité a vite réagi en organisant une rencontre, par le biais du Premier ministre, avec tous les ministres concernés, de même que les services mobilisateurs des recettes de l’Etat, en vue de clarifier la situation et trouver des solutions. A cet effet, il a été retenu que ce sont les opérateurs économiques qui avaient fait une application généralisée de la TVA alors qu’en principe, il y a des produits et des services qui sont exemptés de cette taxe.

Parmi ces produits, nous citons le lait, le sucre, de la farine de blé, les produits pharmaceutiques ainsi que le carburant. Ainsi pour la bonne mise en application et le respect des décisions, il a été aussi convenu d’effectuer des missions de suivi de l’application de la TVA sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.