Mali: Le domicile de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé fouillé par des hommes armés

Des hommes armés non-identifiés ont fouillé jeudi le domicile à Bamako de l’ex-Premier ministre malien, Boubou Cissé, qui a récemment nié des rumeurs l’accusant de vouloir déstabiliser le régime, a indiqué un de ses avocats.

L’avocat français, Marcel Ceccaldi a déclaré jeudi dans un communiqué que «cinq individus lourdement armés se sont introduits de force et sans ordre de la loi au domicile de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé en exerçant des violences sur le personnel présent», alors qu’il était absent.

«La force illégitime employée par certains services de l’Etat ou les agissements de groupements criminels privés au service d’intérêts inavoués et inavouables ne sont pas tolérables dans un État de droit», a ajouté l’avocat de Cissé, dernier Premier ministre du président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé le 18 août par des colonels.

Me Ceccaldi a indiqué que les avocats maliens de l’ex-Premier ministre, arrêté lors du putsch et qui est resté discret depuis sa libération en octobre, allaient porter plainte pour «violation de domicile, violences avec armes et séquestration».

Depuis lundi, au moins sept personnalités ont été interpellées par la sécurité d’Etat pour les «besoins d’une enquête», dont un demi-frère de Cissé, Aguibou Tall, un animateur radio vedette, Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », ou encore le Secrétaire-général de la présidence, Sékou Traoré.

Deux des sept personnes arrêtées ont été libérées jeudi dernier: Sékou Traoré, le Chef de cabinet de la présidence, ainsi que Souhahebou Coulibaly, le directeur de l’Agence d’État Agefau.

Dans un communiqué, M. Cissé s’était plaint mercredi dernier que son nom soit «associé à travers les réseaux sociaux à un projet de déstabilisation de la Transition», affirmant n’être «ni directement, ni indirectement» impliqué dans un tel projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.