Cameroun: La Chine, la BAD et l’Etat…

D’ici 2016, le Cameroun ne pourrait plus connaître de problèmes d’énergie électrique. En effet, mardi dernier, le pays s’est engagé avec la Chine dans un prêt à hauteur de 243 milliards de FCFA (551 millions de dollars) portant sur la construction d’un barrage hydroélectrique d’une puissance de 210 MW dans le sud du Cameroun. Plus précisément, ce sont les eaux du fleuve N’tem qui accueilleront ce barrage de Memve’ele.  La banque chinoise « Exim-Bank » se chargera de décaisser les fonds sous forme d’un « crédit acheteur à l’exportation ». C’est une astuce que le bailleur de fond à trouver pour favoriser l’exportation des biens d’équipements chinois ainsi que leurs prestations techniques.
La Chine ne financera que l’édification du barrage, dont le coût global, en considérant aussi la construction de l’usine, atteindra le montant de 286 milliards de FCFA, les 43 milliards supplémentaires (97,5 millions de dollars) devant être supportés par l’Etat camerounais. Par ailleurs, la Banque Africaine de Développement soutiendra les autres composantes du projet : 57,8 milliards de FCFA (131 millions de dollars) pour l’ouvrage d’évacuation d’énergie, 1,1 milliard de FCFA (2,5 millions de dollars) pour la cité du maître d’ouvrage et 4,2 milliards de FCFA (9,5 millions de dollars) pour le poste de transformation à Ebolowa.
Au regard de tous les chiffres qui précèdent auxquels il faut ajouter 14 milliards de FCFA (31,7 millions de dollars) pour tracer les voies d’accès au chantier, on peut imaginer l’ampleur de ce projet. S’il arrive à terme, 60 mois selon les délais prévus, il profitera à toute l’Afrique Centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.