Les Ivoiriens ont voté dans le calme aux premières législatives de la 3ème république

Plus de 6,2 millions d’électeurs ivoiriens étaient aux urnes dimanche pour choisir leurs 255 députés parmi 1.337 candidats dont une forte représentation des indépendants (741).

Pour ces premières législatives sous la 3ème république, le président Alassane Ouattara attend une solide majorité du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) pour achever son deuxième mandat constitutionnel.

L’élection s’est déroulée globalement dans le calme malgré un retard observé dans l’ouverture de certains bureaux de vote (vers 08h40 GMT au lieu de 08H00 GMT).

Aussi quelques incidents tels que des déchirages de liste de vote et des destructions d’urnes, ainsi que des problèmes logistiques ont été constaté à Abidjan.

« Le scrutin se déroule de manière apaisée sur l’ensemble du territoire » s’est félicité le président Ouattara, après avoir voté à Abidjan.

La coalition présidentielle, le RHDP, vise la majorité absolue mais elle fait face à de nombreuses candidatures dissidentes et à plusieurs opposants.

De son côté, l’opposition qui avait boycotté les précédentes législatives de 2011 a décidé d’en finir avec la politique de la chaise vide. Pour cette législature elle espère faire son retour au Parlement avec 50 députés.

Pascal Affi Nguessan, qui dirige le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo jugé à la Haye pour crimes contre l’humanité, après son vote dans sa ville natale de Bongouanou (150 km au nord d’Abidjan) , a appelé les « Ivoiriens à rétablir l’équilibre politique » à l’Assemblée nationale dont l’opposition est absente depuis cinq ans.

Mais l’autre branche du FPI, les « frondeurs » qui se disent fidèles à Laurent Gbagbo, a appelé au boycott du scrutin.

Les résultats définitifs ne sont pas attendus avant mercredi, mais des résultats provisoires pourraient être livrés dans les prochaines heures, selon un membre de la Commission électorale indépendante (CEI).

Selon son président Youssouf Bakayoko, « plus de 5.000 observateurs (…) ont sollicité et obtenu une accréditation », dont un millier ont été mandatés par l’Union africaine, les pays ouest-africains de la Cédéao, l’Union européenne, ou encore les ambassades des Etats-Unis, de France, etc.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.