Tunisie : Le projet de budget 2017 rejetée par l’UGTT

budget-tunisieLa puissante centrale syndicale tunisienne, l’Union générale des travailleurs tunisiens «UGTT» a rejeté ce lundi, le projet de budget 2017 du gouvernement, qui prévoit un gel des salaires dans la fonction publique, pendant au moins un an.

Le projet de loi de finances devrait être soumis à l’Assemblée des représentants du peuple, en vue de son adoption.

Le nouveau gouvernement entré en fonctions fin août dernier, a en effet approuvé vendredi un projet de loi de finances (PLF) pour 2017 qui table sur une reprise de la croissance à hauteur de 2,5%, mais aussi sur un gel des salaires dans la fonction publique pour une durée d’au moins un an.

Le bureau exécutif national de l’UGTT « exprime son refus catégorique de toutes les mesures contre lesquelles il avait mis en garde (…), dont le report des augmentations» salariales, indique le communiqué rendu public lundi par la centrale syndicale.

Le gouvernement tunisien n’a cessé de mettre en garde quand à la fragilité de la situation financière du pays. Mais la centrale syndicale dit en outre n’avoir pas senti de la part du gouvernement une « véritable volonté de lutter contre la corruption et la contrebande et de faire face à l’évasion fiscale ».

Elle « fait porter au gouvernement et à toutes les parties qui le constituent la responsabilité d’une déstabilisation sociale ».

Ces remouds sociaux interviennent alors que les autorités tunisiennes se préparent à organiser une conférence internationale pour l’investissement les 29 et 30 novembre.

Le pays a connu de multiples crises depuis sa révolution en 2011. Le président Béji Caïd Essebsi avait fait de la paix sociale, une priorité.  Cette démarche a abouti à la nomination du nouveau gouvernement avec à sa tête Youssef Chahed, 41 ans.

Face à ses difficultés financières, la Tunisie a signé en mai dernier, un nouveau plan d’aide de 2,6 milliards d’euros sur quatre ans avec le Fonds monétaire international (FMI), et promis de mettre en œuvre une série de réformes délicates.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.