Maroc- pays du Golfe: le Roi Mohammed VI dénonce un complot visant le monde Arabe

ryad-ccg-marocLe sommet stratégique qui a réuni, mercredi en Arabie Saoudite, le roi  Mohammed VI avec les dirigeants des pays du Golfe, a été l’occasion pour le souverain marocain de dénoncer un complot visant la stabilité dans le monde Arabe, un constat étayé par de nombreux arguments de l’actualité régionale et internationale.

Dans son discours devant le sommet de Riyad, le premier du genre à avoir lieu à ce niveau entre le Maroc et les pays du CCG (Conseil de Coopération du Golfe), le souverain chérifien a alerté ses pairs des pays arabes du Golfe sur les dangers qui guettent la stabilité et la sécurité du monde Arabe.

Pour Mohammed VI, les bouleversements actuels dans de nombreux pays arabes sont la conséquence de ces tentatives de déstabilisation, dont celle du Sahara, la région Sud du Maroc. La question fait actuellement l’objet d’une crise sans précédent entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU, qui a montré un flagrant parti pris en faveur du Polisario, le mouvement  séparatiste soutenu par l’Algérie.

Le roi du Maroc a dénoncé « une guerre par procuration » que livre Ban Ki-Moon contre le royaume. En effet, depuis la visite du numéro un de l’ONU en Algérie en mars dernier, ainsi que dans les camps contrôlés par le Polisario où il a affiché un ostensible soutien au front indépendantiste, le Maroc est entré dans un bras de fer avec Ban Ki-Moon.

La fermeté du roi Mohammed VI sur la question du Sahara a été d’autant plus remarquée dans les grandes capitales occidentales que la position du Maroc a reçu un fort soutien des dirigeants du Golfe. Le roi Salman Ben Abdelaziz d’Arabie Saoudite a affirmé, à l’ouverture du sommet de Riyad, que l’affaire du Sahara ne concerne pas seulement le Maroc, mais aussi les pays du CCG.

Le communiqué conjoint issu du sommet a, d’ailleurs, souligné le soutien des pays du CCG au plan marocain d’autonomie au Sahara, le considérant  comme base à tout règlement de ce conflit régional qui accroît dangereusement la tension entre le Maroc et l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.