Le facilitateur de l’UA annonce un dialogue inclusif en RDC

Edem-KodjoL’ex-Premier ministre togolais, Edem Kodjo, désigné facilitateur par l’Union Africaine (UA) pour la résolution de la crise politique en République Démocratique du Congo, a reconnu qu’il devra trouver une voie médiane entre ceux qui tiennent au respect du délai constitutionnel pour la tenue de l’élection présidentielle et ceux qui soutiennent la nécessité de reporter la date du scrutin.

Selon la Constitution du pays, l’élection présidentielle doit avoir lieu avant décembre prochain, mais la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et les autorités congolaises souhaitent une prorogation du délai. Ce report se justifie par le fait qu’il faut au préalable, réviser le fichier électoral, une opération qui doit, selon la CENI, durer entre 13 et 16 mois.

Mais Edem Kodjo a promis, pour sa part, de travailler dans le respect de la Constitution. « Nous ne pouvons pas travailler en dehors de la Constitution. Nous ne pouvons pas travailler avec l’idée de ne pas respecter la Constitution », a martelé le facilitateur de l’UA, rappelant que cela avait même été déjà mentionné dans le communiqué conjoint de l’UA, de l’ONU de l’Union européenne et de la Francophonie.

Le problème aujourd’hui, a-t-il insisté, est de faire respecter la Constitution et le délai qu’elle prévoit pour la présidentielle, mettant en garde que «tous les jours qui passent sont des jours qui ne permettent pas de dire que nous allons respecter ce délai dans les meilleures conditions».

Kodjo qui préconise un dialogue inclusif, appelle tous les protagonistes, gouvernement et opposition, à s’asseoir ensemble autour d’une table pour que des décisions puisent être prises afin de «faire avancer les choses dans l’un comme dans l’autre cas de figure».

Il a par ailleurs, annoncé que le dialogue national en RDC durera deux semaines avec une possibilité d’être légèrement prolongé, mais sans s’éterniser indéfiniment. Le comité préparatoire sera en place à la fin de la semaine, a précisé Edem Kodjo qui a déjà occupé les de gouverneur du Fonds monétaire international de 1967 à 1973 et de secrétaire général de l’Organisation de l’union africaine(OUA) de 1978 à 1983.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.