Afrique du Sud: Affrontements entre la police et des étudiants devant le Parlement

manif-augmentation-frais-scolariteLa police sud-africaine anti-émeute a lancé ce mercredi des grenades assourdissantes pour repousser plusieurs centaines d’étudiants qui tentaient de pénétrer dans l’enceinte du Parlement au Cap.

Quelques minutes avant l’incident, un groupe d’étudiants était parvenu à rentrer au sein des bâtiments de l’hémicycle, bien que protégés par un important cordon de policiers, pendant que d’autres lançaient des bouteilles incendiaires sur les forces de l’ordre.

La session parlementaire a également été brièvement interrompue par l’expulsion manu militari des députés du parti radical de gauche des Combattants pour la liberté économique (EFF) de Julius Malema, qui réclamaient que l’inclusion de la question des frais de scolarité dans l’ordre du jour de l’actuelle session.

Les frais de scolarité doivent baisser, ont scandé les députés expulsés, reprenant ainsi le slogan des manifestants.

Depuis plusieurs jours, des milliers d’étudiants sud-africains protestent contre l’augmentation des frais de scolarité pour la rentrée prochaine, et ont perturbé le fonctionnement des principales universités du pays, fermant en début de semaine trois universités de la capitale.

L’augmentation des frais de scolarité qui varie d’une université à l’autre (+10,5% à Witwatersrand), ont-ils dénoncé, empêchera les étudiants noirs les plus pauvres, d’avoir accès à l’enseignement supérieur. Mais pour les responsables des universités, cette hausse est nécessaire pour pouvoir offrir une meilleure qualité d’enseignement aux étudiants.

Les cours dans les universités du Witwatersrand à Johannesburg, du Cap et de Pretoria ont été suspendus ce mercredi à cause de ces manifestations, et le mouvement estudiantin s’étendait à l’ensemble à du pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.