Grippe Aviaire : la FAO appuie le gouvernement ivoirien

gripe-ciDepuis le mois d’avril 2015, des mortalités de volailles dues à la résurgence du virus de la grippe aviaire ont été constatées en Côte d’Ivoire. Afin d’éviter la propagation de ce virus, la FAO a décidé d’apporter une aide financière d’environ 300 millions de FCFA au gouvernement ivoirien à travers le projet « Assistance d’urgence pour le contrôle des foyers d’Influenza Aviaire (grippe aviaire) ».

La signature du document de ce projet a été faite mardi par le ministre des Ressources Animales et Halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani et Germain Dasylva, représentant de la FAO en Côte d’Ivoire.

Pour Germain Dasylva, ce projet contribuera sans nul doute à soutenir la filière avicole à travers une surveillance active, une prévention soutenue et une lutte systématique contre la propagation en Côte d’Ivoire du virus de la grippe aviaire. Ce nouveau projet aura donc pour impact la sauvegarde de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population.

Remerciant les bailleurs de fonds et les experts engagés dans la lutte contre la grippe aviaire au nom du gouvernement de la Côte d’Ivoire, M. Kobenan Kouassi Adjoumani a rappelé le dispositif mis en place par le gouvernement depuis le déclenchement de l’épidémie.

L’interdiction jusqu’à nouvel ordre, de toute importation, commercialisation et distribution d’oiseaux vivants, de viandes de volailles, de poussins d’un jour, d’œufs à couver, d’ovo-produits et de plumes originaires des pays infectés, figurent parmi les mesures prises par le gouvernement.

D’autres mesures concernent la réactivation du Comité National de Lutte contre la Grippe Aviaire, la mise en place en urgence d’un plan d’actions en vue de circonscrire la maladie et de lutter efficacement contre sa propagation sur tout le territoire national.

Le ministre a également félicité tous les partenaires nationaux et internationaux ainsi que ses collaborateurs qui ont, et continuent d’apporter leur aide à la Côte d’Ivoire dans la résolution rapide de cette crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.