Côte d’Ivoire : La production d’Anacarde va atteindre 600 000 tonnes en 2015

Selon le Conseil du coton et de l’anacarde, la production des noix brutes de cajou, va atteindre 600 000 tonnes au cours de cette campagne 2014-2015, qui s’ouvre au mois de février prochain. Ces prévisions ont été dévoilées par le Conseil, à l’issue d’un atelier organisé sur l’opérationnalisation des Comités de veille pour le suivi de la commercialisation de l’anacarde, vendredi 23 janvier dernier.

cajou

Sur les 600 000 tonnes attendues, 540 000 tonnes sont destinées à l’exportation et 60 000 tonnes à la transformation locale. Au cours de la cérémonie de lancement officiel du Salon international des équipements et des technologies de transformation de l’Anacarde (SIETTA 2014), destiné à relever le défi de la transformation locale de ce produit à l’horizon 2020, le Président du Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA), Mamadou Bamba, avait indiqué que la Côte d’Ivoire ambitionne de produire à l’horizon 2020 plus de 800 000 tonnes d’anacarde.

La Côte d’Ivoire est le premier pays producteur africain de noix de cajou, avec plus de 500 000 tonnes en 2013 et une croissance annuelle de la production de l’ordre de 10%. Mais le pays et ses producteurs perdent une grande partie de la valeur ajoutée en les exportant brutes vers l’Inde où elles sont décortiquées, puis exportées à nouveau vers l’Europe.

Selon les statistiques officielles, plus de 90% de la production nationale est exportée à l’état brut, principalement, vers des plus grands marchés nord-américains et européens. Les autorités ivoiriennes ont fait de la transformation de l’agroalimentaire, le challenge des horizons 2020 pour tenir compte de la nouvelle offre mondiale de la noix de cajou qui fait du traitement local de ce produit, une voie royale pour le développement économique.

En Côte d’Ivoire, la filière anacarde emplois plus de 250 000 personnes et fait vivre directement ou indirectement 2,5 millions de personnes. Les recettes annuelles de l’anacarde ou noix de cajou dans ce pays, sont estimées à près de 170 milliards de FCFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.