RDC: Au moins 40 morts dans les manifestations contre un projet de loi électorale

Les manifestations anti-Kabila en République démocratique du Congo (RDC) contre un projet de loi controversé qui ont eu lieu en début de semaine dernière, ont fait au moins 40 morts, a annoncé l’ONG  Human Right Watch (HRW), samedi 24 janvier 2015.  

Un manifestant blessé
Un manifestant blessé

Dans un rapport de l’ONG américaine, il est révélé qu’au cours de ce soulèvement populaire qui s’est déroulé entre lundi et mercredi, le gouvernement de la RDC a « eu recours à une force illégale et excessive pour réprimer les manifestations« .

Selon l’ONG, 36 personnes, parmi lesquels un agent de police, ont été tuées lors des manifestations à Kinshasa. Et parmi ces victimes, « au moins 21 ont été tuées par balles  par les forces de sécurité congolaises », révèle HRW.

Dans la ville de Goma, située à l’Est du pays l’ONG parle d’au moins quatre personnes tuées. Ce bilan de l’Organisation de défense des droits de l’homme, se rapproche de celui de la  Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), qui donnait 42 morts.

congo2

Des chiffres, toutefois contredit par les autorités congolaises, qui font plutôt de 12 « pillards » ou « émeutiers » tués par des vigiles privés.

La population de RDC avait manifesté contre un projet de loi électorale, qui devait permettre au président  Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se maintenir à la tête de l’Etat au-delà de la fin de son mandat, alors qu’il ne peut briguer un nouveau mandat, selon la Constitution.

Ce projet, voté par les débuté la semaine dernière, a été amendé par le Sénat, vendredi 23 janvier 2015. Les sénateurs ont indiqué avoir trouvé « un compromis » dans la loi qui a provoqué de violentes manifestation à Kinshasa et Goma.

Cependant, pour régler le différend entre l’opposition et le parti au pouvoir concernant cette loi électorale controversé,  une commission paritaire Assemblée nationale-Sénat doit se mettre d’accord sur une formulation, faute de quoi c’est le texte avalisé par les députés qui primera.

zinder

Mais pour l’opposition, « à défaut de rejet du projet de loi électorale, nous organiserons ce lundi 26 janvier 2015, jour de clôture de la session extraordinaire du Parlement, des manifestations de grande envergure sur toute l’étendue du territoire national« , indique un communiqué d’un collectif d’opposants réuni autour des chefs de deux des principaux partis de l’opposition l’Union pour la Nation congolaise (UNC) et le Mouvement de libération du Congo.

Toutefois, pour l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, la manifestation de lundi 26 janvier 2015, doit être va être l’occasion pour « le peuple congolais de descendre pacifiquement dans toutes les villes et tous les villages à pour exiger le départ de Monsieur Kabila et de n’arrêter le mouvement qu’après la chute du dictateur« , indique l’opposant dans un appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.