Mali : Pour un renforcement de la Minusma contre les djihadistes

Dans une allocution au Conseil de sécurité par vidéoconférence mercredi depuis Bamako, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a suggéré le déploiement d’une « force d’intervention rapide » dans le nord du pays pour contrer la montée en puissance des djihadistes qui y ont multiplié ces derniers temps les attaques contre la Minusma, ( Mission des Nations unies au Mali).

minusma_kidal_mali
Dans le nord du pays, depuis le début du mois d’octobre, neuf membres nigériens et un sénégalais de la Minusma ont été tués dans des embuscades. Roquettes tirées à l’aveuglette, obus de mortiers, attentats suicides, embuscades, les attaques sont aussi nombreuses que variées allant en s’intensifiant.

En cinq jours, la Minusma a subi deux attaques qui ont porté à 31 le nombre de ses membres tués et à 66 blessés depuis son déploiement en juillet 2013. Avec des militaires maliens absents dans le nord du pays, la Minusma se retrouve seule en première ligne face aux djihadistes. Et le contingent français, apte à lui prêter main forte aux termes des résolutions de l’ONU, est en diminution.

Bamako insiste sur la mise en place dans le nord du pays d’une force de réaction rapide de la forme de celle de la Monusco, seule opération de maintien de la paix de l’ONU à en disposer. Forte de 3 000 hommes et dotée d’un mandat offensif, cette force a grandement contribué à mettre en déroute l’an dernier le mouvement rebelle congolais M23 dans l’est de la RDC. Toujours depuis Bamako, Hervé Ladsous le patron des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, est allé dans le même sens que le ministre malien des Affaires étrangères en précisant qu’en plus d’un renforcement de ses règles d’engagement, la Minusma aurait besoin d’être mieux équipée avec des hélicoptères de transport et d’attaque ainsi que des véhicules blindés supplémentaires et des drones à long rayon d’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.