Ghana : Les exportateurs de bois de rose pénalisés

Au Ghana, les exportateurs de bois de rose font les frais d’une législation entrée en vigueur depuis le début de l’année. Deux mille containers chargés de ce bois sont actuellement prêts à être exportés, mais ne peuvent quitter le pays.

bois-rose-ghana
Pour cause, les autorités ghanéennes avaient voté une loi prohibant l’exploitation et l’exportation du bois de rose, à compter du 1er janvier 2014. La plupart des chargements en question sont bloqués dans le nord du pays. C’est dans cette région de savanes et dans celle de la Volta que se concentre quasi exclusivement la production de cette espèce utilisée dans la fabrication d’objets de luxe. Mais ces dernières années, les autorités du Ghana ont noté sa nette surexploitation dans le pays.

Avant la fin du troisième trimestre de l’année dernière, les exportations de bois de rose au Ghana s’élevaient à 18 000 m3,soit plus du double de la quantité totale exportée sur l’ensemble de l’année 2012,affirmés par les chiffres de la Division pour le développement de l’industrie du bois de la Commission forestière du Ghana (GFC). Cette situation a donc poussé le gouvernement ghanéen à prendre des mesures visant à lutter contre son trafic. L’agence Ecofin rapporte, en citant une source anonyme, que les exportateurs dont le chargement est actuellement bloqué dans les régions septentrionales du pays et dans celle de la Volta ont contracté des emprunts bancaires pour constituer leur marchandise. De plus, ils ont prouvé, avec documents à l’appui, que leur bois a été coupé bien avant l’entrée en vigueur de la loi sur l’interdiction. C’est pourquoi ces derniers espèrent obtenir l’autorisation de sortir leurs conteneurs du pays afin de pouvoir honorer leurs engagements vis-à-vis des banques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.