Afrique du Sud : Niet du Numsa aux propositions du patronat

Lors d’une conférence de presse tenue dimanche dernier à Johannesburg, le Numsa a annoncé que ses adhérents ont rejeté la dernière offre formulée par le patronat. Ce principal syndicat de la métallurgie est à l’origine dans l’actuelle grève dans ce secteur d’activité, entamée depuis le 2 juillet courant.

nummsa

Pourtant, la proposition de revalorisation salariale concoctée par le patronat semblait, d’après lui, réaliste. Il s’agissait d’une augmentation des rémunérations sur une période de trois ans, soit 10 % de hausse salariale au cours de la première année, 9,5 %, lors de la deuxième et 9 % sur la dernière. Mais, cela n’était vraisemblablement pas suffisant pour les ouvriers de la métallurgie adhérents au Numsa qui les a appelés, en conséquence, à intensifier le mouvement de grève.La position du syndicat est on ne peut plus claire. En-dessous de 10 % de revalorisation salariale par an, aucun accord ne sera possible. Toutefois, le patronat a des raisons d’espérer, tant le Numsa exigeait 15 % de hausse salariale au débrayage du mouvement.

Cette grève a eu un impact dans les secteurs connexes. Pour preuve, le constructeur automobile Toyota a décidé de suspendre, dès mardi, une partie de l’activité de son usine d’assemblage en Afrique du Sud, en raison de l’arrêt de travail dans les usines qui lui fournissant des pièces détachées. La décision du groupe japonais aura certainement des conséquences économiques négatives en RSA. Les discussions entre le Numsa et le patronat devraient donc se poursuivre après cette impasse. Entre temps, les 220 000 employés de ce secteur ont entamé mardi, leur troisième semaine de grève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.