Togo : Création de l’OTR

Togo Création de l’OTRL’assemblée nationale togolaise a récemment entériné un projet de loi portant sur la création de l’OTR, un nouvel office chargé de centraliser une partie des recettes publiques. L’OTR est né de la fusion de deux régies déjà existantes, à savoir la Direction des Douanes et l’office des impôts. Les deux régies ont toujours été les poumons des caisses publiques. Chaque année, elles contribuent considérablement à la constitution du budget national. Pour les autorités togolaises, la nouvelle régie commencera officiellement ses activités en janvier 2013. Pour l’année en cours, la direction des impôts a permis de récolter des liquidités de l’ordre de 300 millions de dollars. Quant à la direction des douanes, les recettes sont pour l’heure évaluées à plus de 370 millions de dollars. Selon les prévisions annuelles, les recettes douanières devront atteindre 412 millions de dollars à la fin de l’année. Les officiels togolais ont annoncé que les deux régies tournaient en-deçà des potentialités réelles du pays. Cette fusion permettra un meilleur contrôle dans la gestion des régies et une meilleure traçabilité des fonds récoltés. Aux dires du vice-président de l’assemblée, cette fusion entre dans le cadre de la mise en place des reformes fiscales de deuxième génération. Cette initiative du gouvernement sur la mise en place d’une structure unique Douanes-Impôts a été saluée par le Fonds Monétaire International. L’institution de Bretton Woods a donc décidé de soutenir Lomé sur le plan technique. L’OTR porte des espoirs pouvant conduire à des recettes supplémentaires qui s’élèveront à environ 400 millions de dollars sur 4 ans. Si l’OTR arrive à atteindre ses objectifs, les recettes dégagées pourront atteindre des proportions de 30% par rapport au PIB du pays. Le Togo est un pays aux ressources modestes, la population vie essentiellement de la culture vivrière, de la production de coton, de café et de cacao. Les ressources minières exploitables se résument à des gisements de phosphate qui contribuent à l’économie nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.