Soudan du Sud : Appel aux pressions de la communauté internationale

hideLa représentante des Nations Unies au Soudan du Sud, Hilde Johnson, a invité lundi  la communauté  internationale  à  mettre davantage de pression sur les  belligérants du conflit sud-soudanais. Pour  la  chef  de la Minuss (Mission des Nations Unies au Soudan du Sud), « une telle  pression est nécessaire  pour emmener  les  deux  camps à respecter leur accord  de paix ».  Car faut-il le rappeler, le président soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont engagés à plusieurs reprises à faire la paix, sans avoir jamais  tenu parole.  Aussi, Mme Johnson estime-t-elle que  la pression du Conseil de sécurité et de  tous les Etats membres est nécessaire. « Ce genre de pression produit des résultats » a-t-elle déclaré. Elle a par ailleurs souligné que   la mission onusienne au Soudan du Sud était confrontée à un « défi énorme ».
Et de fait,  le nombre  de  civils  réfugiés dans les  neufs bases  de l’ONU  connaît  depuis peu une hausse inquiétante.  La semaine dernière, le nombre de réfugiés avait ainsi dépassé  la barre des 100.000, six mois après le début du conflit. Selon Mme Johnson, la protection d’un si grand nombre de personnes exige de la part de la  Minuss un « effort herculéen ». Pour elle,  « la meilleure solution  serait de  permettre aux réfugiés de pouvoir rentrer chez eux. Et pour cela,  les  belligérants doivent tenir leurs promesses ».
Mme Johnson a également  rappelé la nécessité  de punir les responsables des violations des droits humains, car nécessaire pour  la réconciliation après le conflit sud-soudanais qui a éclaté  en décembre 2013,  et  plongé le pays dans une crise humanitaire alarmante.  Après  des milliers de morts  et plus d’un millions de déplacés, une  famine sans précédent guette désormais  ce jeune pays indépendant depuis 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.