Niger : Pour une prise en charge du déficit céréalier

afrique1Une vente de céréales à prix modéré au bénéfice des populations vulnérables a été initiée  jeudi à Niamey par le gouvernement nigérien. Au travers de cette opération, les autorités visent à atténuer les effets du déficit céréalier intervenu après la dernière campagne hivernale.
Cette opération s’étendra sur les 6 prochains mois dans l’intégralité du territoire nigérien. Elle cible les populations victimes de l’insécurité alimentaire sévère et/ou d’inondations. Pour ce faire, 9 500 tonnes de céréales par région sont en stock pour un début. Cet aliment se vendra à hauteur de 26 dollars le sac de 100 kg. De cette manière, le gouvernement nigérien espère soulager les bénéficiaires de cette opération qui subissent les conséquences des mauvais résultats de la dernière campagne hivernale. Il faut donc compenser le déficit céréalier lié à ce revers.
En ce qui concerne l’exercice 2013, le déficit céréalier s’est élevé à 343 560 tonnes. La production céréalière du Niger, dont les besoins de consommation atteignent 4 millions de tonnes, n’a atteint que 3,67 millions de tonnes. En même temps, le gouvernement a décidé de développer un important programme de cultures irriguées au cours de la période 2013 – 2014. Il est question d’ensemencer 115 000 hectares de terres pour espérer en tirer une production agricole de 2,27 millions de tonnes. Ce total devrait comprendre 400 000 tonnes d’équivalant céréalier, pour toutes les cultures confondues.
Si le gouvernement multiplie des initiatives pour enrayer le déficit céréalier, c’est simplement parce que le Niger connaît souvent des crises alimentaires. Les autorités doivent donc faire preuve d’une vigilance constante. A côté des projets d’emblavement, l’Exécutif a réservé une allocation destinée à prendre en charge les besoins des opérateurs agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.