AES: Désengagement complet vis- à -vis du Cameroun

e1975ad0ce9b650f67d5c69dd7565511_SDans un communiqué officiel publié jeudi 7 novembre courant, l’Américain AES a annoncé la vente de ses parts dans ses filiales de production et de distribution d’électricité au Cameroun au britannique Actis. Le coût de l’opération est estimé à deux cents vingt millions de dollars.

Prévu depuis plusieurs mois, le départ d’AES Corporation du Cameroun est aujourd’hui confirmé et le groupe affirme être convaincu de son choix puisque, selon lui, il laisse la commande du développement des infrastructures électriques entre de bonnes mains d’Actis.

Réputé pour sa parfaite connaissance du marché émergent dont le Cameroun en est le  maillon, Actis est un investisseur spécialisé qui « continuera à investir dans le développement des infrastructures électriques du Cameroun et à renforcer les capacités des équipes de gestion locales », assure le PDG de la firme américaine. Le but consiste à permettre aux entreprises camerounaises d’améliorer leurs performances.

Présent depuis une douzaine d’années au Cameroun, AES se dit fier du travail accompli dans le pays puisqu’il a contribué à doubler le nombre de ménages qui ont accès à l’énergie électrique. Ce bilan n’est toutefois pas partagé par les Camerounais qui lui reprochent de leur avoir amené les délestages.

Est-ce à tort ou à raison que les populations portent un tel jugement ? Quoi qu’il en soit, l’entreprise américaine a indiqué, il y a deux mois, à l’Agence Ecofin qu’elle connecte ,en moyenne par an ,cinquante à soixante mille clients.

Le départ d’AES du Cameroun donne non seulement la possibilité au pays de développer d’autres partenariats public-privé comme celui avec Actis, mais permet également à l’entreprise de se déployer vers de nouveaux  débouchés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.