Ouganda : Une nouvelle centrale électrique

Gent_-_Electrabel_Rodenhuize_smallL’Ouganda vient de faire un pas en avant vers la résolution de la pénurie énergétique qui a pendant longtemps bloqué son développement industriel.

Le président Yoweri Museveni ainauguré les travaux de construction d’une centrale hydroélectrique, situé à Karuma sur le fleuve Nil. Avec un coût d’investissement total estimé à 1,65 milliards de dollars, la capacité énergétique que devra fournir le barrage est de 600MW. La construction a été prise en charge par la compagnie chinoise Sino Hydro qui a remporté l’appel d’offre face à des concurrents africains, européens et asiatiques. Selon les autorités ougandaises, la construction du barrage s’achèvera dans 5 ans et le pays ne pourra bénéficier pleinement de cette nouvelle source d’énergie qu’en fin 2018. Pour ce qui est du financement des travaux, la société chinoise va travailler avec sa consœur du secteur bancaire Exim Bank of China.

La banque va accorder un prêt de 1,4 milliards de dollars au gouvernement, ce qui représente une participation de 85% sur le montant global. Cet aspect a d’ailleurs joué en faveur de la partie chinoise étant donné que le gouvernement prévoyait d’autres mécanismes pour financer la construction du barrage. Le président ougandais a annoncé que les fonds initialement prévus vont être orientés vers d’autres travaux d’infrastructure. Pour la ministre ougandaise de l’énergie, c’est une aubaine pour le pays parce que la centrale devrait créer 621 emplois. Cependant, les informations publiées jusque là ne font pas état de la contrepartie chinoise.

Les observateurs restent prudent et rappellent que la Chine n’a pas toujours eu une bonne réputation sur le continent noir. Le premier dragon d’Asie est connu pour ramener ses propres ouvriers sur les chantiers africains et certaines des centrales en Afrique australe ont accusé des retards.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.