Zambie : Un deuxième marché financier

ecfb25b38f7928cd0d388de9b5a6e1d0_LLa Zambie continue sa tracée dans le dynamisme du secteur financier. Selon les médias économiques spécialisés, Lusaka aurait décidé de lancer un nouveau marché financier.

Il s’agira du deuxième, après la Lusaka Stock Exchange qui exerce déjà avec 11 obligations qui y sont cotées. Ce deuxième marché financier du pays sera baptisé Badex et verra intervenir plusieurs types d’acteurs. Les émissions seront ouvertes aussi bien pour les entités publiques que privées, sans oublier le gouvernement lui-même en tant qu’entité publique à l’échelle nationale. Pour s’assurer de la bonne marche du Badex quand il sera en activité, le Zimbabwe va faire du benchmarking. En effet, une équipe d’expert sera envoyée en Afrique du Sud et en Australie pour palper du doigt le fonctionnement du marché des titres de dettes.

En termes d’actifs qui circuleront sur ce marché, plusieurs pistes d’action sont déjà sur la table. Pour son directeur général adjoint, le Badex pense mettre en place des contrats à terme, basés sur les performances de certains titrés qui sont déjà cotés à la bourse de Lusaka. Un point important reste à souligner, suite à une loi adoptée l’année dernière, les compagnies minières exerçant en Zambie sont dans l’obligation de libeller leurs transactions financières en Kwacha, monnaie zambienne. Dès lors, le Badex permettra également de faire du hedging sur le taux de change entre le dollars et Kwacha. Pour les observateurs, cette orientation vers le model occidental n’est pas forcement une bonne chose. Au delà des raisons évidentes qui montrent l’intérêt de développer le marché de la dette, les pays africains qui se lancent dans cette aventure devraient faire très attention parce que le modèle a montré ses limites.

Un renforcement de contrôle ou une révision complète pourrait apporter des meilleurs résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.