Nigéria : assainir le secteur pétrolier

Selon un récent rapport, le secteur pétrolier au Nigéria a été victime de plusieurs détournements pendant de longues années. Du coup, le gouvernement veut rentrer dans ses droits, notamment, en haussant certaines taxes. Une politique qui ne sied pas du tout aux compagnies pétrolières. On peut parler de menace : Shell et Exxon, deux géants des hydrocarbures prestant au Nigéria, ont avisé le gouvernement : en cas d’augmentation de la taxe sur les hydrocarbures, la production pétrolière pourrait chuter de 40 % à l’horizon 2020. Comment en sont-ils arrivés à de telles extrémités ? Il y a deux semaines paraissaient les conclusions d’une enquête sur le secteur pétrolier nigérian. Un document qui a révélé aux autorités locales l’ampleur du vol que subit le pays ouest-africain. Pour preuve, la taxe sur la production pétrolière est toujours calculée sur base du prix du baril à 20 dollars américains, soit le cours de 2003. Ce n’est pas tout : la filière est truffée d’intermédiaires peu scrupuleux. Afin d’échapper au fisc, certains d’entre eux se permettent de charger le brut dans des espaces de non droit. Sur les documents de la douane, la mention « au large de Lomé » est souvent revenue. Par le biais de cette pratique, ils ne s’acquittent pas des taxes sur l’exportation alors que les pétroliers proviennent du Nigéria. La liste de ces montages mafieux n’est pas exhaustive. En riposte, le gouvernement nigérian a prévu d’augmenter de 19,6 % l’impôt sur les profits des compagnies pétrolières. De cette façon, il récupérera 73 % des revenus de son or noir. Cette fiscalité est en vigueur dans divers pays, dont l’Angola.

Bien entendu, les intéressés se sont insurgés même avant  la prise de cette décision. Dans tous les cas, les deux parties devront trouver un terrain d’entente dans l’optique d’améliorer les gains du Trésor Public nigérian.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.