Mali : champion africain du climat des affaires

Le rapport Doing Business, publié la semaine dernière, a consacré le Mali comme pays africain ayant le plus amélioré son climat d’affaires ces dernières années. Ce titre honorifique est précieux pour ce pays ouest-africain en proie à une rébellion. Selon la Banque Mondiale, qui publie chaque année ce classement sur l’environnement des investissements, le Mali n’a cessé de progresser depuis 2005. Cette année-là, Bamako décidait de réformer le secteur des impôts et des taxes. A cet effet, toute nouvelle démarche avait été mise, avec, comme symbole, l’adoption d’un formulaire unique pour déclarer et payer les contributions fiscales. Cette initiative, qui cadre particulièrement bien avec l’intitulé du récent rapport – « des réglementations intelligentes pour les petites et moyennes entreprises » -, a été l’étincelle. Ainsi, peu à peu, le Mali s’est retrouvé à la tête des pays ayant le plus marqué de pas sur cette voie. Même si son classement semble peu flatteur (151è sur 185 Etats), son mérite ne souffre d’aucune contestation. Mais, ce pays n’est pas le seul à l’échelle continentale à avoir gravi des marches dans cette hiérarchie. Des pays comme le Burkina-Faso, le Burundi, le Ghana, le Rwanda et la Sierra – Léone ont été également plébiscités par la Banque Mondiale. A ce sujet, sur les 50 pays qui ont allégé les lois relatives aux entreprises à daté de 2005, 17 se situent en Afrique noire.

En tout, 28 des 46 Etats de cette partie du continent se sont distingués en entamant au minimum une réforme visant un meilleur climat des investissements entre juin 2011 et juin 2012. Et, en tout, 44 initiatives de ce genre ont été relevées par la Banque Mondiale. Ces bons résultats doivent nourrir les ambitions des pays africains, le Mali y compris : à présent, ils doivent envisager de rivaliser avec certains pays développés ou émergents en matière de réforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.