Banque Mondiale : le Togo gagne 6 places dans le classement des affaires

C’est une nouvelle qui tombe à pic pour Lomé. En effet, alors que certains se posaient la question de la lisibilité de la stratégie économique poursuivie par le Togo, la Banque Mondiale vient de confirmer que la pays serait sur le bon chemin, celui de réformes structurelles qui permettent à l’économie de se redresser.  Et c’est à travers le classement annuel « Doing Business », fruit d’une méthodologie extrêmement rigoureuse établie par l’institution de Washington, que l’on constate en effet que le Togo est passé de la 162ème place à la 156ème place. Ceci est d’autant plus significatif que le Doing Business 2013 se focalise sur la place de la petite et moyenne entreprise, ce qui signifie que des mesures macro-économiques  ont bien été prises pour libérer les initiatives et permettre l’émergence d’un tissu entrepreneurial au niveau des PME. Ces dernières, comme chacun le sait, sont en effet le moteur « social » de toute économie émergente, puisqu’elles sont souvent le premier employeur, loin devant les grands groupes. Autre élément d’appréciation important, le rapport a estimé que 201 réformes qui permettraient aux entrepreneurs régionaux de faire des affaires plus facilement ont été mises en place par 108 pays, ce qui dénote d’une amélioration globale palpable. Pour le Togo, cette avancée dans le classement « Doing Business » a également une traduction politique forte à l’aube des élections législatives, en renforçant la position du Président Faure Gnassingbé en démontrant que sa politique économique fait sens, en dépit des critiques de l’opposition togolaise. Toujours sur le plan politique, le leadership présidentiel de Faure est d’autant plus renforcé que les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) – chargée de surveiller les élections législatives qui doivent se dérouler sous peu- ont prêté serment malgré certaines critiques au niveau de sa composition.

Membre non-permanent du conseil de sécurité des Nations Unies et ayant reçu la visite de Hillary Clinton cette année, le Togo a accru cette année son influence sur la scène internationale et ambitionne de redynamiser et diversifier son économie. La Banque mondiale semble penser qu’il est sur le bon chemin, reste désormais à prouver qu‘elle a raison de lui faire confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.