Bénin: Augmenter la part budgétaire de l’agriculture

Le gouvernement béninois prévoit de consacrer 11 % de ses recettes publiques à l’agriculture en 2013. Le pays ouest-africain a, de tout temps, disposé d’un fort potentiel dans le domaine mais, jusque-là, sous-exploité. Le Bénin a été motivé sur cette voie par un récent rapport portant sur son agriculture.
D’après celui-ci, le secteur pourrait se hisser à la tête des pourvoyeurs d’emploi. Selon des chiffres révélés dans le document, 60 % des béninois et 35,9 % des béninoises « réellement occupés » professent dans l’agriculture. En plus, ce secteur contribue de la manière la plus importante à la richesse du pays : 34,3 % du PIB béninois entre 1995 et 2005 et 30,48 % entre 2005 et 2008. Soit, quasiment le tiers du PIB du pays.
Malheureusement, le Bénin n’exploite que « 17 % de la superficie agricole utile ». Constat similaire pour les bas fonds disponibles, dont seulement 7 000 sur 60 000 hectares sont utilisés. Plus grave, le pays dispose de 117 000 hectares de plaines inondables et vallées non valorisés. Ces statistiques montrent combien le Bénin passe à côté d’une richesse à portée de main. Raison pour laquelle le gouvernement est déterminé à changer les donnes. Malgré tout, le développement de l’agriculture béninoise n’est pas un pari gagné d’avance même si les moyens sont mis en jeux. Le rapport met en exergue les aléas du climat et les diverses catastrophes naturelles qui surviennent dans le pays ouest-africain. En plus, les différentes régions béninoises ne bénéficient pas des mêmes infrastructures agricoles.
Conséquence : avec une limite supérieure de 300 dollars américains par an, le revenu moyen de l’agriculteur est très bas. Pourvu que ça change.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.