Mali-otages: les connexions MUJAO-Polisario se précisent

Les coulisses de la libération des trois otages occidentaux par le MUJAO au Mali ont révélé l’intensité des connexions existant entre ce mouvement jihadiste et les combattants du Polisario, le front installé dans l’ouest algérien.
Walid Abou Sahraoui, un porte-parole du mouvement de l’unicité et du jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), a assuré qu’une rançon de 15 millions d’euros a été payée pour la libération des deux humanitaires espagnols et de leur camarade italienne. Mais le MUJAO, un groupe dissident d’AQMI, a aussi obtenu la libération de combattants islamistes, y compris un élément du Polisario qui était détenu en Mauritanie. Ce combattant, du nom de Memine Ould Oufkir avait participé à l’enlèvement, le 22 octobre 2011, des trois occidentaux avant d’être arrêté à Nouakchott. Le rapt avait eu lieu à l’intérieur des camps du front Polisario, le mouvement armé qui dispute au Maroc la souveraineté sur le Sahara occidental avec le soutien de l’Algérie. Le quotidien espagnol El Mundo a confirmé que Memine Ould Oufkir a été un élément clé dans l’opération de kidnapping. Citant des sources du Polisario, le journal madrilène a également rapporté que la famille de Memine Ould Oufkir « vivait effectivement à Tindouf ». Autant d’indices qui confirment, selon le site Sahel-intelligence, les fortes  connivences existant entre le MUJAO et des éléments du Polisario, voire le ralliement massif de jeunes sahraouis de Tindouf à l’idéologie jihadiste prônée par les groupes islamistes qui contrôlent à présent tout le nord du Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.