Gabon : Pour structurer la croissance économique

Dans le souci de respecter son objectif pour un  taux de croissance porté à 5,7% pour 2012, le Gabon n’a pas lésiné sur les moyens. Ainsi le pays d’Ali Bongo prévoit de consacrer 1,6 milliards de dollars pour les investissements sur un montant global de 4 milliards de dollars du budget national. Seul problème c’est qu’actuellement certains chantiers en cours  connaissent des retards d’exécution. Si le Gabon a pu assurer un taux de croissance constant (5%) durant ces trois dernières années, c’est bien parce qu’il a consenti à de nombreux investissements notamment pour la réalisation d’un certain nombre d’infrastructures. En effet pour le ministre gabonais de l’Economie, de l’Emploi et du Développement durable, Luc Oyoubi, « il y a eu notamment la Coupe d’Afrique des nations, mais aussi les routes. Il y a quelques investissements dans le secteur, mais c’est principalement dans le cadre de la Coupe d’Afrique des nations et dans le domaine routier qu’il y a eu beaucoup d’investissements qui expliquent en grande partie la croissance ». Le pays aspirant devenir à l’horizon 2025, un pays émergent, mise donc sur des investissements massifs, mettant à profit la stabilité de son économie, avec un taux d’inflation de 3% et d’endettement de 16%. Il faut noter que l’économie gabonaise, était majoritairement tributaire des exportations de pétrole et l’exploitation artisanale et clandestine, ce qui ne laissait plus une grande part de revenues pour  les recettes publiques.

Le Gabon compte valoriser son immense potentiel minier sous exploité jusqu’ici, afin de pouvoir réaliser une croissance à deux chiffres d’ici quelques années. A cet effet le pays est en train d’octroyer de nouveaux permis d’exploitation  afin de mettre en production ses réserves d’un milliard de tonnes de fer et 75 millions de tonnes de manganèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.