Nigéria : Une décennie dans l’AGOA

L’ambassade des Etats-Unis à Abuja vient de faire le bilan des échanges commerciaux entre les deux parties au courant de la dernière décennie. Ils se sont avérés fructueux dans le cadre de l’AGOA. Globalement, ces échanges se sont chiffrés à 82,1 milliards de dollars américains à dater de 2000, l’année d’entrée en vigueur de l’AGOA. Le Nigéria a bénéficié de cette disposition dès sa mise en place. Pour ce qui est des exportations nigérianes vers les USA, elles ont atteint 44,3 milliards de dollars américains. Néanmoins, Washington reproche à Abuja de n’exporter que des hydrocarbures au travers de l’AGOA. Pour preuve, les produits non pétroliers ont, jusque-là, représenté environs 0,45 % des exportations. Pourtant, l’année dernière, le Nigéria s’est placé en tête des pays exportateurs dans le cadre de l’AGOA et a totalisé 33,7 milliards de dollars américains. Mais, ce n’était que du pétrole.  Cette disproportion a poussé les autorités américaines à enjoindre le Nigéria à diversifier son économie. Selon Perry Bell, conseiller économique de la représentation diplomatique américaine, les produits agricoles se vendent en moins de 48 heures aux Etats-Unis. L’ambassade a également voulu prévenir les autorités nigérianes sur l’avenir de l’AGOA.

Initialement instituée pour offrir des facilités aux pays africains, cette loi pourrait très prochainement s’élargir à des pays d’autres continents, dont, notamment, l’Asie. Celle-ci opposera certainement une concurrence au continent noir. Pour mieux préparer l’Afrique à cette éventualité, le Forum de l’AGOA 2012 portera sur le renforcement des infrastructures africaines de commerce. Il aura lieu au cours de cette semaine à Washington.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.