Bénin : Exploiter un nouveau type de riz

Jusqu’à présent, le Bénin n’a pas encore atteint l’autosuffisance alimentaire. A cette calamité, M. Idrissou Yacoubou, Directeur du cabinet du Ministre béninois de l’Agriculture, propose une solution : le riz de type NERICA, ce qui vient de l’anglais « New Rice for Africa ». « Le riz NERICA est un riz pluvial qui se cultive sur les terres exondées comme le maïs, le mil et le sorgho. Il est assez rustique et résiste aux stress biotiques et abiotiques avec un rendement moyen de 3 tonnes par hectares », explique-t-il. De telles qualités peuvent répondre aux préoccupations des autorités de tutelle béninoises. Selon des chiffres officiels, la consommation de riz ne fait qu’augmenter au Bénin : de 69306 tonnes en 2003, les besoins en riz avaient atteint 110812 tonnes en 2010. Par contre, moins de 70 000 tonnes de la céréale sont produites chaque année au Bénin. En développant la culture du riz NERICA, ce pays peut espérer combler le déficit : « la production de ces variétés dans cinq zones pilotes du Bénin est passée de 41 tonnes en 2007 à 7035 tonnes en 2010 », renseigne le haut-responsable du ministère de l’Agriculture. Une croissance exponentielle causée par le développement des superficies emblavées au travers d’un projet de diffusion du riz NERICA. La réalisation de cette initiative a été possible grâce à un financement de 1,3 milliard de FCFA (2,6 millions de dollars américains), débloqué par le gouvernement béninois et le Fonds Africain de Développement (FAD). Et, en 2011, les 3511 hectares d’emblavures ont produit « 7500 tonnes environs » de riz.  Malheureusement, le Bénin « n’exploite que 8% de ses potentialités alors qu’il dispose de plus de 322000 hectares de terres rizicultivables ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.