Bénin : Le « Kpayo » se fait rare !

D’ordinaire, plus de la moitié des conducteurs béninois ont l’habitude de recourir au carburant de contrebande en provenance du Nigéria voisin, communément appelé « Kpayo ». Mais, cette pratique risque de prendre fin très bientôt car le produit pétrolier a disparu sur le marché informel béninois. Les choses ont brusquement changé dans la sous-région ouest-africaine : depuis le début de l’année, le gouvernement nigérian a décidé sans préavis d’arrêter sa subvention sur le carburant afin de consacrer les retombées financières de cette opération à la réalisation d’autres projets ; ce qui a eu pour conséquence de doubler le prix de l’essence, bondissant de 65 à 140 nairas (0,45 à 1 dollar américain) le litre. Les répercussions transfrontalières de cette réforme ne se sont pas faites attendre. Désormais prisée à l’origine, le carburant frelaté s’est immédiatement raréfié au Bénin. Ainsi, le litre de « Kpayo », qui se négociait à 300 FCFA (0,6 dollar américain) sous peu, atteint facilement 700 à 1000 FCFA (1,4 à 2 dollars américains). N’ayant pas d’autre choix, les consommateurs béninois ont repris le chemin du formel et des stations-services, qui vendent la même quantité d’essence à 570 FCFA (1,14 dollar américain). Mais, visiblement, le Bénin n’était pas préparé à cette hausse du prix du carburant. Ainsi, un problème de stock se pose, visible notamment par les longues files d’attente qui se multiplient devant les stations-services des grandes villes. Ainsi, le gouvernement a organisé la semaine dernière une réunion spéciale pour réfléchir aux voies et moyens de sortie de crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.