Sénégal/ Guinée–Bissau : Le trafic transfrontalier perturbé

Mardi dernier, la route reliant le Sénégal à la Guinée–Bissau était bloquée à cause d’une grève des transporteurs bissau-guinéens. Ceux-ci dénoncent les tracasseries dont ils font l’objet par les forces de l’ordre frontalières. Ce mouvement de grève fait suite à un mot d’ordre du Syndicat des Transporteurs et des Chauffeurs Bissau-guinéens. Un appel respecté sur toute l’étendue du territoire de Guinée-Bissau. Ce qui a paralysé, non seulement l’axe reliant ce pays au Sénégal, source de cette révolte, mais le transport routier dans toutes les régions. Et, au-delà même, car, des usagers sénégalais en partance pour la Guinée – Bissau ont été obligés de s’arrêter au niveau de Zinguinchor, en attendant une éventuelle solution de l’autre côté de la route. « Même si tu es en règle, les forces de l’ordre t’obligeront toujours à leur verser 1000 francs (environs 2 dollars) ou plus. D’ailleurs, quand tu arrives, ils ne cherchent pas à savoir si tu es en règle ou pas, ils te demandent juste de mettre la main à la poche et si tu refuses, ils te créeront tous les problèmes du monde » se plaignait un habitué du tronçon Bissau – Ziguinchor. Cela résume parfaitement la raison du ras-le-bol des transporteurs. Les policiers bissau-guinéens ne se gênent pas de rançonner tout passage. Mais, cette fois-ci, c’était apparemment la goutte qui a fait déborder le vase.

Cette grève est l’image de tous les problèmes politiques que connaît la Guinée-Bissau. L’autorité de l’Etat étant très affaiblie, les forces de l’ordre se permettent tout. Malheureusement, cela nuit énormément à l’économie et, par ricochet, aux populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.