Afrique du sud : L’inflation continue à grimper

Le Gouverneur de la banque centrale sud-africaine, Gill Marcus, a annoncé le week-end du 26 novembre 2011 qu’une reprise économique intérieure hésitante et un rand (monnaie locale) faible sont à la base de l’inflation que connait le pays. La faible demande  intérieure devrait probablement durer plus de deux ans. Le comité de politique monétaire a maintenu le taux directeur à son plus bas niveau (5,5%) depuis 30 ans pour soutenir la reprise de la première économie du continent africain. La hausse des coûts énergétiques et une monnaie faible demeurent des risques haussiers de l’inflation. Ce taux d’inflation devrait d’ailleurs culminer jusqu’ à 6,3% au premier trimestre de l’année prochaine si le taux directeur reste inchangé avant de revenir dans le haut de la fourchette de 3 à 6 %, pour se stabiliser aux environs de 5,5% en 2013. Les prix ont augmenté de 0,5% entre le mois de septembre et celui d’octobre en 2011 alors que l’alimentation et les boissons non alcoolisées ont connu respectivement un bond de 2,1% et de 10,6% sur la même période. Les prix de transport ont quant à eux augmenté de 0,9 % entre septembre et octobre d’autant plus le prix du carburant aurait encore augmenté. Le rand est aujourd’hui la monnaie la moins performante de 16 grandes devises suivies par Bloomberg. Il est en effet  tombé de 21% par rapport au dollar américain augmentant ainsi  le coût d’importation des marchandises. Les décideurs politiques ont assuré qu’ils étaient prêts à agir de façon appropriée pour contenir cette inflation due à la crise de la dette des pays européens qui achètent un tiers des produits manufacturiers sud-africains. La banque centrale a par ailleurs abaissé ses prévisions de croissance économique à 3% pour 2011 et à 3,2% pour 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.