Soutien au G5 Sahel : Les Etats-Unis s’opposent à la création d’un «Bureau d’appui de l’ONU» au Sahel

Les Etats-Unis ont opposé mardi une fin de non-recevoir à une demande de la force G5 Sahel et du Tchad, soutenue par la France, de créer un «Bureau d’appui des Nations Unies chargé de fournir» à cette unité multinationale «un soutien logistique, opérationnel, tactique et stratégique».

«Les Etats-Unis ont engagé plus de 580 millions de dollars d’aide à la sécurité et autre soutien contre l’extrémisme violent, aux pays du G5» et c’est la «bonne approche», a déclaré l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, lors d’une réunion virtuelle du Conseil de sécurité, ajoutant que «nous pensons que les fonds des opérations de la paix de l’ONU ne sont pas une source viable de financement pour la force conjointe».

Au préalable, le chef militaire du G5 Sahel, le général Oumarou Namata avait demandé mardi au Conseil de sécurité de créer un «bureau d’appui des Nations Unies chargé de (lui) fournir un soutien logistique, opérationnel, tactique et stratégique».

«La solution la plus pérenne serait la mise en place d’un Bureau d’appui des Nations unies (…) qui serait financé au moyen de contributions statutaires ou volontaires», a souligné le chef du G5 Sahel.

La France a indiqué de son côté, que l’Union africaine et l’Union européenne soutenaient cette idée de création d’un bureau d’appui de l’ONU, financé sur contributions obligatoires.

La Force G5 Sahel anti-jihadiste, formée de 5.000 militaires fournis par la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, peine toujours à convaincre de son efficacité. Elle reste sous-équipée, notamment en moyens aériens comme l’a souligné ce mardi, le général Namata.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.