Guinée/Présidentielle : l’opposant Cellou Dalein Diallo revendique la victoire

L’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du président sortant Alpha Condé, a revendiqué lundi avoir remporté la présidentielle «dès le premier tour», sans attendre les résultats officiels.

«Mes chers compatriotes, malgré les anomalies qui ont entaché le scrutin du 18 octobre et au vu des résultats sortis des urnes, je sors victorieux de cette élection dès le premier tour», a déclaré devant la presse Cellou Dalein Diallo.

Le numéro 2 de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Bakary Mansaré, a dénoncé «une proclamation prématurée», qui est «nulle et de nul effet», a-t-il ajouté, en soulignant qu’il fallait attendre que la Céni publie ses résultats – «d’ici la fin de la semaine», selon lui -, puisque la Cour constitutionnelle se prononce, pour que le vainqueur officiel de la présidentiel soit connu.

Le parti du président guinéen Alpha Condé a aussi condamné lundi la déclaration de victoire à la présidentielle de son principal adversaire et demandé à ses militants de rester «calmes, sereins et mobilisés» dans l’attente de la publication des résultats officiels, en principe d’ici la fin de semaine.

Dans un communiqué, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) «condamne sans réserve et avec la plus grande fermeté la déclaration irresponsable et dangereuse» de M. Diallo. «Cette attitude anti-républicaine et anti-démocratique appelle de la part de tous les patriotes et de tous les démocrates une vive indignation et une condamnation unanime», estime le parti du président Condé, qui brigue un troisième mandat controversé.

Le parti au pouvoir invite les autorités à prendre les dispositions nécessaires pour «prévenir le désordre et empêcher toute velléité de déstabilisation du pays et de ses institutions légitimes».

La déclaration de victoire de M. Diallo a déclenché des scènes de liesse dans les banlieues populaires de Conakry, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les partisans du principal opposant, qui avait promis de ne pas se «laisser voler la victoire».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.