Sommet UA : Proposition équilibrée de Moussa Faki pour le règlement du conflit du Sahara

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a remis dimanche, aux délégations présentes au 31ème sommet de l’Union Africaine à Nouakchott, un rapport de sept pages destiné à relancer le processus de paix entre le Maroc et le Front Polisario, qui devait être étudié à huis-clos.

Le rapport préconise de mettre en place un mécanisme africain qui, a assuré Moussa Faki, ne se substituerait pas aux efforts des Nations unies à qui revient le dernier mot dans le traitement de ce litige territorial.

Ledit mécanisme pourrait prendre la forme d’un panel de haut niveau incluant la troïka de l’Union composée du président en exercice de l’UA, son prédécesseur et son successeur.

Moussa Faki suggère deux autres procédures, dont notamment la création d’un mécanisme qui dépendrait directement des chefs d’État pour «permettre à l’UA d’apporter un appui efficace au processus conduit par les Nations unies». Ce mécanisme, s’il était accepté par les chefs d’État, serait composé d’un panel de hauts dirigeants de l’UA et/ou de chefs d’État.

Dans le cadre de ces trois propositions, le texte consacre la primauté du processus onusien sur le dossier. Ainsi le paragraphe 20C du rapport souligne «la nécessité pour l’UA d’inscrire sa démarche dans le cadre d’un appui renforcé aux efforts des Nations unies, pour accroître leur chance d’aboutissement. En d’autres termes, il ne s’agirait pas pour l’UA de développer un processus parallèle à celui des Nations unies».

Cette position est conforme aux orientations du royaume du Maroc qui a toujours défendu le leadership exclusif de l’ONU dans le traitement du différend territorial autour du Sahara marocain.

Le président de la Commission de l’UA propose ainsi que l’Afrique s’implique dans le processus de règlement du conflit du Sahara occidental qui n’a que trop duré, note le rapport. Car ce litige, souligne le rapport, menace aussi le fonctionnement de l’UA et fait obstacle à la mise en œuvre de son agenda.

Moussa Faki Mahamat propose par ailleurs aux chefs d’État de l’UA de lancer un appel à tous les pays, notamment les pays voisins, pour « contribuer au succès de la démarche africaine proposée ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.