Le président guinéen Alpha Condé compte déposer une plainte à Paris dans l’affaire Bolloré

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé jeudi qu’il allait porter plainte auprès d’un tribunal à Paris pour «dénonciation calomnieuse» dans le cadre du dossier d’attribution de la concession du port de Conakry qui ébranle l’homme d’affaires français Vincent Bolloré, inculpé pour corruption.

«Je vais porter plainte à Paris pour dénonciation calomnieuse», a déclaré sans plus de détails Alpha Condé devant des dizaines de journalistes réunis à la maison de la presse de Conakry à l’occasion de la journée mondiale pour la liberté de la presse. « …C’est à Paris qu’on va s’expliquer parce qu’aucun de vous n’a cherché à savoir ici la vérité», a lancé M. Condé.

Les juges soupçonnent le groupe Bolloré d’avoir sous-évalué le coût des activités de conseil politique de sa filiale Havas pour les chefs d’Etat togolais et guinéen afin de décrocher la gestion des ports de Lomé, au Togo, et de Conakry, en Guinée, via une autre de ses filiales, Bolloré AfricaLogistics, anciennement appelée SDV.

Le président guinéen, 80 ans et réputé proche du milliardaire français, ne s’était pas encore exprimé depuis la mise en examen retentissante le 25 avril de Vincent Bolloré.

L’ancien opposant historique, élu en 2010, n’a pas précisé contre qui il entendait porter plainte, mais il a reproché à la presse guinéenne de ne pas avoir joué son rôle pour «défendre le pays».

Le gouvernement togolais a de son côté assuré ce jeudi qu’il ne se sent « pas concerné » par cette affaire judiciaire en cours en France contre l’homme d’affaires Vincent Bolloré.

«L’Etat togolais n’a aucun élément fiable du dossier qui est en cours en France. Nous n’avons pas à prendre d’engagement particulier, nous n’avons pas à donner d’assurance quelconque, parce que nous ne nous sentons pas concernés », a déclaré Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique sur une radio privée locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.