RDC : Un prêtre opposé au maintien de Kabila au pouvoir, convoqué par la justice

L’abbé Tshomba, doyen des curés de Kinshasa, a été convoqué mercredi par la justice pour avoir appelé les prêtres de la capitale à sonner les cloches pendant 15 minutes toutes les semaines afin d’exiger le départ du président Joseph Kabila.

Le prêtre est sous le coup d’une plainte pour « tapage nocturne » déposée par l’Union nationale des nationalistes (UNANA), un parti réputé proche de la majorité présidentielle, et dirigé par Willy Mishiki.

Il lui est reproché d’être l’initiateur d’un appel baptisé «opération cloches», lancé à tous les curés de Kinshasa de sonner les cloches pendant 15 minutes chaque jeudi à 21 heures et d’inviter les habitants à se joindre au concert avec des sifflets, casseroles, et autre vuvuzela, destiné à réclamer l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Selon Me Franck Kalolo, signataire de la plainte, datée du 18 décembre, soit quatre jours après son lancement, «l’opération cloches» a déclenché une « crise cardiaque » chez le secrétaire national au sport du parti UNANA, Pambi Yoka, dont l’état de santé est décrit comme «précaire».

Cependant, Me Kapiamba, l’un des avocats du prêtre, accuse la majorité présidentielle d’être à la manœuvre pour intimider l’abbé Tshomba en raison de son rôle de mobilisateur et parce que sa paroisse, Saint-Joseph, abrite les réunions préparatoires de la marche annoncée par les laïcs catholiques pour le 31 décembre prochain.

L’accord du 31 décembre 2016 a été conclu par la majorité et l’opposition sous la médiation des évêques catholiques. Il prévoit la tenue de la présidentielle au plus tard «fin 2017» et doit aboutir au départ du président Kabila dont le mandat a expiré le 20 décembre 2016. La Constitution lui interdit de se représenter, mais l’autorise à rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.