RDC : Un forum pour la paix au Kassai divise pouvoir et opposition

Le président congolais Joseph Kabila préside ce mardi aux côtés du premier ministre Bruno Tshibala, la séance d’ouverture d’un forum pour la paix dans la région du Kasaï, en proie à des violences depuis un an.

Mais pour l’opposition qui a renoncé à participer à la rencontre de  deux jours à Kananga, la principale ville du Kasaï, cette rencontre est un « mini congrès du PPRD » (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie – au pouvoir).

Elie Mputu, un porte-parole du Rassemblement de l’opposition au Kasaï, a pour sa part exigé la présence du gouverneur du Kasaï central, Alex Kande, visé par une enquête administrative après l’éclatement des violences et retenu à Kinshasa depuis février. Alors que du côté de la majorité, l’Union des congolais pour le progrès (UPC) conditionne la bonne tenue du forum à la démission du gouverneur Kande.

Les violences dans la région du Kasaï se sont exacerbées depuis la mort en août 2016 du chef coutumier Kamuina Nsapu, qui s’était soulevé contre le pouvoir de Kinshasa. Ces violences qui opposent principalement les forces de sécurité et milices Kamuina Nsapu ont fait plus de 3.000 morts, selon l’Eglise catholique, et 1,4 million de déplacés, selon les Nations unies. Deux experts de l’ONU y ont été tués en mars alors qu’ils enquêtaient sur ces violences.

L’atmosphère politique et sociale en RDC est aussi devenue de plus en plus tendue depuis le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au delà de la fin de son mandat qui a pris fin le 19 décembre 2016.

L’accord politique de la Saint Sylvestre, signé par la classe politique congolaise, prévoyait la tenue des scrutins présidentiels, législatifs et provinciaux « au plus tard en décembre 2017 ».

La semaine dernière, lors de l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale congolaise, son président, Aubin Minaku, a invité le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à « s’assumer pleinement », en publiant « au plus vite » un calendrier électoral en RD Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.