La justice suisse prolonge de 3 mois la détention provisoire d’un ex-ministre gambien

La justice Suisse a indiqué ce mercredi, avoir prolongé de trois mois la détention provisoire de l’ex-ministre gambien Ousman Sonko, soupçonné de crimes contre l’humanité, invoquant les « progrès » effectués dans l’enquête.

Ousman Sonko a été ministre de l’Intérieur de Gambie pendant dix ans sous la présidence de Yayah Jammeh avant d’être limogé en septembre 2016. Il s’est ensuite enfui en Suède, avant de demander l’asile, en novembre 2016, en Suisse.

Soupçonné de crimes contre l’humanité, il a été interpelé en janvier près de Berne. La Suisse a en effet, la possibilité de juger les auteurs de crimes contre l’humanité commis à l’étranger après le 1er janvier 2011. A condition toutefois que leur auteur se trouve sur le territoire suisse et ne puisse pas être extradé ni remis à un tribunal pénal international.

C’est le cas de Sonko, dont l’interpellation s’est faite suite à une « dénonciation pénale » déposée par l’organisation non gouvernementale Trial International, basée à Genève et luttant contre l’impunité dans le monde.

Linda Studer, porte-parole du procureur général a indiqué qu’ »au vue des progrès réalisés, le ministère public de la Confédération (parquet fédéral) a demandé (…) la prolongation de trois mois de la détention provisoire. Cette demande a été acceptée ». Elle  précise que le parquet pourra ainsi  ‘ »interroger de nouveaux témoins, d’examiner les plaintes pénales » et d’ »analyser les documents et les données saisis ».

Depuis l’arrestation de M. Sonko, deux victimes soutenues par Trial International, «torturées par les autorités gambiennes alors que le suspect était en charge des services sécuritaires», ont déposé des plaintes pénales.

La Gambie, petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l’exception d’une étroite façade côtière sur l’Océan Atlantique, a été dirigée d’une main de fer pendant 22 ans par Yahya Jammeh, un ancien militaire.

Vaincu par Adama Barrow à l’élection présidentielle, l’ex-président gambien, Yahya Jammeh vit désormais en exil en Guinée équatoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.