Les autorités hollandaises inquiètes de la visite d’un haut fonctionnaire érythréen

Les Pays-Bas qui comptent une importante population d’origine érythréenne, ont exprimé dans un communiqué, leur préoccupation, après l’annonce de la visite d’un conseiller du président érythréen, Issaias Afeworki pour participer à un congrès destiné aux jeunes du parti au pouvoir, seul autorisé en Erythrée.

Informé par l’ambassade de l’Erythrée à Bruxelles de la visite de Yemane Gebreab, directeur des affaires politiques du FPDJ, le gouvernement hollandais s’est dit « préoccupé par la situation des droits de l’Homme en Erythrée et considère la visite de Gebreab gênante, parce qu’un haut fonctionnaire érythréen va s’adresser à des Erythréens qui ont quitté leur pays ».

Indépendant après 30 ans de guerre contre l’Ethiopie, le respect des droits de l’homme constitue encore un défi en Erythrée. Le Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ) y est le seul parti autorisé, aucune élection n’a été organisée depuis l’indépendance du pays et toute opposition est brutalement réprimée.

Les Erythréens constituent ainsi, le deuxième groupe de demandeurs d’asile aux Pays-Bas, après les Syriens. Selon un récent rapport du Centre d’expertise sur l’Erythrée à l’Université de Tilburg, cité par la radiotélévision publique néerlandaise NOS, une grande partie des 20.000 personnes d’origine érythréenne qui vivent aux Pays-Bas, sont victimes d’intimidation et de pressions.

C’est dans ce contexte que Gebreab, a l’intention de s’adresser à de jeunes Erythréens au cours du congrès annuel de la jeunesse du parti qui doit se tenir de jeudi à lundi aux Pays-Bas.

Les autorités néerlandaises précisent dans leur communiqué que « la visite de Gebreab ne sera donc pas facilitée et sera gérée comme une affaire privée ». « Cela implique entre autres qu’il ne sera pas reçu par le gouvernement néerlandais ou par de hauts fonctionnaires » du pays.

Depuis son indépendance en 1991, l’Erythrée est dirigée par Issaias Afeworki, ancien chef rebelle et héros de l’indépendance après 30 ans de guerre contre l’Ethiopie.

En 2016, la Hollande a accueilli 2.800 migrants d’origine érythréenne, soit 9% de l’ensemble des réfugiés, selon l’Organe central pour l’accueil des demandeurs d’asile aux Pays-Bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.